Jeff Burgundy et sa marche de 280km : un surpassement de soi, un soutien à la cause Zafimaniry

Photo : Jeff Lenoir, accueilli par les enfants Zafimaniry, d’Antoetra. Photo: ©TangalaMamy

Jean François Burgundy… Jeff Lenoir pour les proches, a relevé son défi, celui de réaliser une marche de 280km, d’Antananarivo à Antoetra

Il a quitté Antananarivo le 19 mai et est arrivé dans la Commune rurale d’Antoetra le 31 mai. Il a été accueilli par les chansons d’une délégation de jeunes femmes en tenue traditionnelle, et a effectué les derniers 500 mètres en courant avec les enfants Zafimaniry, dont il soutient la cause. Sept jeunes hommes ont accompagné Jeff à la dernière étape de la marche, d’Ivato centre à Antoetra, ainsi que Paulin, instituteur d’Antoetra qui l’a rejoint depuis le 28 mai dans ce voyage.

La marche initiatique et la cause Zafimaniry ont motivé Jeff Lenoir

Cette marche est un voyage initiatique, une découverte de soi, un dépassement et un surpassement de soi pour Jeff Lenoir. Il s’agit de faire des choses auxquelles on n’est pas habitué, s’écouter, de sentir les courbatures lorsque les muscles refroidissent, d’entendre ce que les autres pensent et disent « c’est de la folie ! », de sortir de sa zone de confort, de se réaliser dans les efforts. « Ce que j’ai réalisé sort de l’ordinaire, mais il n’est pas si original. Il ne s’agit pas de courage, mais de la persévérance. On dit que c’est de la folie… c’est quoi la folie ? Est-ce de la folie de vivre et faire ce que j’ai fait. La folie, ce n’est pas plutôt de ne rien faire ?  »

La marche représente le soutien de Jeff pour les enfants Zafimaniry qui sont éduqués et scolarisés dans le cadre du projet Zafimaniry Education dont 50 enfants et une adolescente non voyante bénéficient d’appui à travers des parrainages. Jeff adhère à cette cause puisqu’il est convaincu que peu importe la durée de la scolarisation de l’enfant, les connaissances qu’il acquiert sur les bancs et/ou transmises par ses enseignants lui seront utiles tout au long de sa vie. Sur la route, des piétons, des cyclistes, des voyageurs donnent ce qu’ils peuvent pour les enfants Zafimaniry. Il affirme « ce sont ceux qui ont peu qui donnent »

A travers cette marche, Jeff Lenoir souhaite aussi attirer l’attention sur l’art symbolique zafimaniry. Le savoir-faire du travail du bois des Zafimaniry est inscrit depuis 2008, patrimoine culturel immatériel de l’humanité par l’UNESCO. Un patrimoine peu connu, mais que Jeff incite à explorer, à en connaître les côtés spirituels et l’identité culturelle.

Cette marche était aussi une découverte d’une partie des hauts-plateaux malgaches dont différentes histoires sur certains coins ont été révélées à Jeff par les habitants. Des paysages remarquables, nullement comparables à d’autres régions du monde, dit-il. Des histoires dont il n’aurait pas pris connaissance s’il voyageait en voiture. Sur 280 km, Jeff a compté plus de 7500 salutations. Des arrêts effectués par les voyageurs véhiculés pour l’encourager et prendre des photos. Des rencontres qui tombaient à pic dont celle de Pierrot Men, lorsqu’au petit matin de la seconde journée de marche, Jeff se posait des questions ce qu’il était en train de faire. Ou celle de Razafy, le géologue retraité de Manandona, une rencontre qui a visiblement marqué Jeff Lenoir. Des discussions, des échanges de quelques minutes ou de quelques heures qui donnent la force de continuer. Il s’exprime aussi sur la présence rassurante de la police et de la gendarmerie nationale, qui était parfois discrète, parfois officielle.

Jeff Lenoir a pris la route avec ses propres moyens, tout en soulignant qu’il n’en a pas eu tellement. A travers cette contribution qu’il dit être modeste, Jeff souhaite transmettre l’idée que « l’on peut aller au bout de son rêve, envers et contre tout ». Réflexion déjà pour Jeff sur son prochain challenge à Madagascar.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *