Angisy News

Fitahiana, réparée de la fente labiale : « maintenant je peux chanter bien fort »

Fitahiana a subi une intervention médicale le 14 juin pour corriger sa fente labiale. Photo:© Henitsoa Rafalia

Feno Fitahiana Manantenasoa a 17 ans, elle a longtemps attendu une mission médicale pour bénéficier d’une intervention médicale afin de corriger sa fente labiale. Chanter dans la chorale de l’église est son rêve. Fitahiana veut chanter sans retenue, de tout son cœur « maintenant, je peux le faire » lance-t-elle avec assurance.  

Fitahiana a en effet obtenu l’intervention tant attendue. Celle-ci a été effectuée lors de la mission d’Operation Smile de juin à Antananarivo.

Photo: © Henitsoa Rafalia

L’obligation irrationnelle de s’adapter à la discrimination

Fitahiana n’a jamais compris comment une fente à la bouche pouvait être un sujet à des moqueries et de discrimination. A Andoharano, Fandriana, là où elle est née et là où elle agrandi, ces comportements n’existaient pas. Ce n’est qu’à Antananarivo que les gens et surtout les jeunes de son âge, l’ont bien marqué sur cette malformation.

Fitahiana raconte « A Andoharano, j’étais timide, réservée et craintive, mais cela provenait de ma conscience de la situation, pas des gens. Ils ne faisaient aucune différence entre moi et les autres enfants et adolescents ». Elle a quitté Andoharano il y a quelques mois pour habiter chez sa tante à Antananarivo. Les adolescents du quartier ont commencé à se moquer d’elle dès son arrivée. Elle a très vite appris à réagir, puisqu’elle a pensé que le regard des autres pouvait changer lorsque ceux-ci sauraient qu’elle n’est pas un être si fragile. « Ils se moquaient de moi, je réagissais, nous nous criions dessus. Il arrivait que je ne le supporte pas et que je pleure. Ma cousine le constate et elle va voir les gens pour les corriger…(Rires) Cela ne donne pas toujours les résultats qu’elle attend ». Plus tard, Fitahiana se rend compte que les disputes ne résolvent pas tout : « leurs comportements ne changent pas même si je réponds à leurs attaques. C’est fatiguant. Cela ne signifie pas que je me laisse insulter. J’ai juste appris à choisir l’attitude adéquate à chaque situation ».

Une intervention médicale… et la confiance en soi

Fitahiana, avec 120 autres personnes, bébés, enfants, jeunes et adultes de plusieurs régions de Madagascar ont bénéficié d’une intervention médicale pour la réparation de la fente labiale et/ou palatine. Operation Smile était à Antananarivo du 7 au 15 juin. Fitahiana en rencontrant des sensibilisateurs, dans la rue, à Tsarahonena a su au mois de mai qu’une mission médicale aurait lieu en juin. Elle a été préparée psychologiquement à cette intervention.

Une équipe spécialisée, de plusieurs nationalités assure la mission. Après qu’une anesthésie locale ait été administrée, Fitahiana demande à ce que ses yeux soient couverts afin qu’elle ne voie pas les mouvements de l’aiguille et des outils médicaux. Quelques minutes au bloc opératoire et elle ressort les larmes aux yeux, heureuse de ce que cette opération va changer dès cet instant et pour l’avenir.   

La mère de Fitahiana est à Andoharano (Fandriana) avec son petit-frère de 11 ans. Sa mère a aussi une malformation à la bouche. Celle-ci a été abandonnée par l’homme qui l’a mise enceinte de Fitahiana. « Ma mère sait que je subis une intervention pour réparer ma bouche, je vois déjà sa joie quand je la reverrais. Elle serait tellement heureuse » dit-elle.« Je rêve de devenir couturière, j’aime le travail manuel et tout ce qui concerne les tissus, le textile. J’apprends à créer des modèles de vêtement et à coudre. Le commerce m’intéresse aussi. Je serai une bonne commerçante… Mais par-dessus tout, j’adore chanter. J’ai hâte d’intégrer la chorale de mon église ».

Par Maholy Andrianaivo